Les îles

ouessant est à visiter en partant de Brest photo 95phare_du_creac_h

Voir les iles, c’est avent tout aller à Ouessant

L’île de Ouessant est une des destinations favorites de nos visiteurs. L’embarcadère pour le départ de Brest est à 25 minutes d’ici. Il faut prendre le premier bateau, à 8 heures et demie à Brest, et revenir le soir avec le dernier bateau à Ouessant. On vous prépare le petit déjeuner pour 7 heures et demie. La promenade en mer pour voir les iles est inoubliable pourvu que vous soyez en mesure d’apprécier les paysages marins depuis la mer. Ils sont exceptionnels et très variés. La mer déjà, avec les eaux de la rade, celles du goulet de Brest, celles de l’ouverture sur l’océan, celles du chenal du Four quand on a viré la tourelle rouge des Moines (à moins que le bateau ne passe entre la pointe saint Mathieu et cette tourelle), puis celles de l’archipel de Molène et enfin les eaux redoutables du chenal du Fromveur… La terre aussi, chargée d’Histoire, le port de commerce, de guerre, les fortifications dans le goulet, les phares et nombreuses balises, le chenal du Four, les îles, la multitude de roches, et enfin le port du Stiff… C’est un spectacle permanent et il convient de partir de Brest pour pleinement l’apprécier, de préférence quand la mer est plate bien sûr. La traversée dure environ 2 heures et demie et il y a une escale au Conquet.

Les iles se visitent à pied

Arrivé là-bas, vous pourrez visiter l’ile soit à pied, soit en louant un vélo, ou en utilisant les services d’un chauffeur pour un prix raisonnable, pour la journée. Il y a tout ce qu’il faut pour se restaurer à Lampaul, le village de l’île. La visite du phare de Créac’h est un must.

Sein, la plus mythique parmi les iles bretonnes Le phare d'ar-men et les iles de Bretagne

La plus mythique d’entre les iles : l’ile de Sein

L’Ile de Sein est devenue célèbre en 1940, car toute sa population masculine

rejoignit le Général de Gaulle après l’appel du 18 juin.

Cet acte de bravoure lui a valu d’être élevée au rang de « Compagnon de la Libération » au même titre que la ville de Paris.

Un monument, près du phare, commémore cet acte de résistance et un musée relate l’histoire de ses 130 marins et pêcheurs de l’île qui rejoignirent l’Angleterre, et dont 32 ne revinrent pas.

L’île de Sein peut se comparer à un radeau de sable flottant dans un milieu hostile. Sa hauteur maximale n’excède pas 6 mètres et sa faible dimension, moins de un kilomètre carré, la rend très vulnérable aux intempéries.

 

Pour y aller: Embarcadère à Camaret ou même à Brest